Formation au CCA de Tambacounda

Les Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication s’inscriront désormais en bonne et due place au cœur des activités des pairs éducateurs du centre conseil pour adolescents de Tambacounda. Un bon groupe a entamé ce mardi une session de formation sur le sujet, histoire de mieux être armés pour animer des émissions radiophoniques interactives et des plateformes internet.

 

Déjà le centre conseil pour adolescents de Tambacounda s’est illustré pour ses belles performances dans la croisade contre le VIH/sida et ce, depuis sept bonnes saisons. L’année dernière aussi il a remis cela avec plus de onze milles personnes qui ont pu connaitre leur statut sérologique, ce qui correspond approximativement à 50% des résultats de la région. « Grace à la perspicacité et au dynamisme de nos pairs éducateurs, nous avons pu atteindre ces résultats. Ils ont subi, avec le concours de nos partenaires techniques et financiers, près de cinq sessions de formation pour ce faire »a expliqué Madou Cissé, le coordonnateur du centre. Malgré tout, l’Enquête Démographique et de Santé (EDS) 5, a révélé plus du doublement du taux de prévalence dans la région qui est passé de 0.4 à 1.4, ce qui, de l’avis de certains techniciens, laisse entrevoir d’autres réalités dont le déficit de communication, surtout avec les jeunes. « La région de Tambacounda fait frontière avec cinq pays de la sous région et tout le monde connait le caractère poreux des frontières avec la prolifération des sites d’orpaillage à Tambacounda et dans la région voisine de Kédougou. Il s’y ajoute que la pauvreté a atteint des niveaux record. Maintenant que les enquêtes ont révélé que la couche juvénile fait partie des plus touchées, nous avons estimé nécessaire d’utiliser d’autres canaux comme les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour davantage toucher ces jeunes » a ajouté M. Cissé.

Cette formation qui durera cinq jours, tenue en partenariat avec le Réseau Africain pour l’Education, la Santé et la Citoyenneté, a été bien perçue par les bénéficiaires qui laisseront entendre espérer que « ces fondamentaux en matière de communication seront approfondies » dans l’intérêt des populations de la région. Pour rappel, ces pas de géant posés par le centre conseil pour adolescents qui est quotidiennement pris d’assaut par les jeunes de Tambacounda, le sont avec des moyens peu appropriés. Les locaux du centre sont exigus, les conditions de confidentialité s’effritent, le véhicule offert par Unfpa montre des signes de fatigue et les jeunes pairs éducateurs n’ont pas beaucoup de soutien eu égard aux efforts cyclopéens qu’ils fournissent. D’aucuns ont vite franchi le pas pour scander que certains parmi eux auraient dû bénéficier des contrats que la municipalité offre à des jeunes beaucoup moins méritants.

 

Boubacar Dembo Tamba / Tambacounda.info /

Revenir

footer